Ferrandi… back at school !

 Je venais à peine de rentrer que déjà Ferrandi commençait. Une nouvelle année, un nouveau projet… enfin plutôt sa continuité puisque c’est lui qui avait tout changé… le CAP Pâtissier.

Alors se rhabiller, s’équiper, se préparer…

Une formation intensive pour adulte en reconversion… oui Sarah tu es bien une adulte maintenant, il va falloir l’accepter. Ben oui mais j’ai de nouveaux camarades !

Une rentrée sous le signe de la gaieté… tout le monde prêt à partager. Session de janvier … avec des expérimentés. De 23 à 48 ans, du cuisinier au simple employé, 24 nouveaux stagiaires prêts à tout donner. Deux chefs mêlant technicité et bienveillance… ouf soulagée !

Au menu, 5h de laboratoire par jour… se lever avant le soleil lui-même, déambuler dans les rues de Paris encore inanimées… se régaler… en redemander… ne pas voir le temps passer… ne pas oublier de respirer.

Saupoudrez le tout de quelques après-midi plus académiques… hygiène, santé, sécurité (tiens ca me rappelle mes CHSCT !), je tairais ce que je pense des autres cours dispensés… il faut bien y passer…

Alors ça pâtisse ! De la pâte feuilletée à maîtriser, à la pâte à choux à dompter en passant par la brioche à pétrir et aux entremets à glacer… tout est fait pour progresser. Une montée en puissance bien orchestrée par nos chefs bien rôdés.

Alors on fait, on défait, on refait sans abandonner. Ne pas renoncer… accepter d’être en apprentissage, ne pas se flageller lorsque c’est raté, accepter de ne pas y arriver dès le premier coup d’essai, ne pas se rabaisser.  Oublier le passé, sa vie de bureau et ses collèges inamicaux.

Alors on pose des questions… trop de questions… 10 ans de passé… se lancer sans intellectualiser… enfin juste ce qu’il faut.

Mais Ferrandi, c’est aussi de belles amitiés, de l’entraide, du soutien et de bonnes parties de rigolade à gorge déployée.

Et puis, tout s’est accéléré. Il fallait s’y préparer. Au-delà du plaisir de réaliser, la réalité. Celle du monde pâtissier. Celui de la rentabilité et de la productivité. Celui que j’avais rejeté avec mon passé et qui était en train de me rattraper. J’ai alors réalisé que mon rythme n’était pas adapté… j’avais mis tellement de temps à le diminuer et à trouver celui qui me convenait… je me retrouvais à devoir me speeder… Un seul remède : se centrer, rester focaliser et s’écouter… même si ce n’était pas assez pour certains… ne pas encore se fourvoyer.

Aussi, les personnalités se sont révélées alors il a fallu lâcher, s’adapter… accepter. Accepter nos différences, apprendre de l’autre et laisser glisser.

Au-delà d’un apprentissage technique, une aventure humaine qui fait se remettre en question et qui fait avancer… des pâtisseries par milliers, essayer de ne pas tout manger et partager à volonté !

Allez je vous laisse… je dois m’entraîner…

To be continued…

Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Previous post Next post